Histoire et personnages célèbres

 

Si Mouthier Haute Pierre tire son nom du monastère qui s'y implanta au IX° siècle ( Monasterium Alta Petrae) son site fut habité dès la préhistoire, comme l'attestent les vestiges retrouvés dans la grotte de la Baume Archée, dans les gorges de Nouailles.

 Des objets des périodes celtique et gallo-romaine, découverts dans la grotte des Faux Monnayeurs,  témoignent d'une continuité dans l'occupation de ce fond de vallée.                                                                                                                          

Mais la première citation de Mouthier n'apparaît qu'en 870 dans l' acte de partage de Lothaire II, petit fils de Charlemagne.

A cette période , les moines ont déjà défriché les terres qui leur ont été données par la maison de Montgesoye, planté des vignes, et un habitat s'est développé autour de l'abbaye.
Celle ci est rattachée à l'abbaye de Cluny à partir de 1109, avec le rang de Prieuré.

 A l'époque médiévale, deux châteaux protègent Mouthier: le château de la Baume et le château de Hautefeuille. Ils sont vendus à Gauthier de Montfaucon en 1298. L'un est abandonné vers la fin du XVème siècle, l'autre démantelé pendant la guerre de dix ans.

Grâce aux démarches du Prieur Aymé de Montmartin, les habitants sont affranchis en 1365.

 plan ancien de Mouthier

 Après la réintégration du Comté de Bourgogne au Saint Empire romain-germanique en 1493, débute une longue période de paix et de prospérité pour la Haute Loue. Originaire d'Ornans, Nicolas Perrenot de Granvelle, garde des sceaux de Charles Quint, puis son fils Antoine, font bénéficier Mouthier de leurs largesses.

Porte des Moines(1502) communiquant avec le monastère

   

    C'est alors que se construisent de belles maisons de pierre avec     caves voûtées, que s'agrandit et s'embellit l'église St Laurent, que     le Prieuré est rénové..

      Administrée par une assemblée des habitants qui élisent prud'homme et échevins, la communauté villageoise s'agrandit. En 1593, le village compte 888 habitants.

 

 


 

 Plusieurs épidémies de peste, les exactions commises par les troupes de mercenaires allemands et suédois pendant la guerre de dix ans réduisent et appauvrissent considérablement la population dans la 1ère moitié du XVII° siècle. Avec la conquête définitive de la Franche Comté par les troupes de Louis XIV, s'achève en 1674 un demi siècle de souffrances.

                                          Angelot rue Pavée                                                  Tête sculptée                                     

 
Au XVIII° siècle, en 1719, un incendie détruit la presque totalité du village. C'est de la reconstruction que datent la plupart des maisons du village haut.
 
 

Plaque cheminée Rita001        Linteau sculpté   Plaque de cheminée 3

 

 

Le XIX° siècle, surtout dans sa 1ère moitié est celui de l'apogée de l'aventure industrielle, avec au bord de la Loue, plusieurs «moulins» ( à grains, à huile, à chanvre, à scier le bois, à fabriquer des faux et autres produits de forge) et deux tanneries. La population avoisine ou dépasse 1000 habitants.

 

 

la nouvelle route vers Pontarlier
 
 

 La construction de la nouvelle route Pontarlier-Besançon,

de 1837 à 1845, constitue pour le village un progrès majeur.

 Les échanges avec le plateau en sont sensiblement améliorés.

 

 


  De 1860 à 1955, Mouthier, comme les villages voisins de la Haute Loue, connaît des transformations profondes qui bouleversent son économie. Il subit de plein fouet l'attaque du phylloxéra qui décime sa vigne. La modernisation de l'agriculture provoque la disparition progressive de ses exploitations. Le développement des moyens de communication favorise une concurrence fatale à son artisanat industriel. Sa population diminue en conséquence.

Le dernier demi-siècle est celui d'une lente adaptation à la nouvelle donne économique, qui voit le tourisme, l'artisanat et les services remplacer les activités agricoles et industrielles, et qui incite à faire des valeurs patrimoniales un élément de dynamisation de la vie locale. 

 

 Personnages célèbres.

  Deux enfants du pays ont connu la célébrité dans des domaines bien différents :

Césaire Auguste Phisalix, fils de vigneron né en 1852, devenu médecin militaire, s'intéressa particulièrement aux animaux venimeux. Après avoir quitté l'armée, il put se consacrer entièrement à la recherche. Devenu assistant, puis professeur au Muséum d'Histoire Naturelle, il travailla surtout à l'étude des venins et de leurs antidotes.
Il est resté célèbre, à l'étranger tout autant qu'en France, pour la découverte, en 1894, avec le biologiste Gabriel Bertrand, de la sérothérapie antivenimeuse, qui lui a valu le prix Monthyon de l'Académie des Sciences.
La commune lui a rendu hommage en baptisant de son nom la place de la mairie en 1908, ainsi que la nouvelle mairie-école publique en 1912.

Sa femme, Marie Phisalix, qu'il a épousée en 1895, l'a secondé dans ses recherches, qu'elle a poursuivies après sa mort en 1906. Elle est devenue la spécialiste française des animaux venimeux et des venins en publiant plus de 270 articles et un livre qui reste une référence : Vipères de France(1940)

A Mouthier Haute Pierre, elle a créé en 1907 un Musée d'Histoire Naturelle pour lequel elle a fourni l'ensemble du mobilier et des collections.
Transféré dans la nouvelle mairie, le conseil municipal reconnaissant le baptisa « Musée Marie Phisalix » en 1916.                    

PHISALIX_Marie-
Césaire Phisalix
 

 

 
 

 

 

                                                                                     
                                                                                                                         Césaire et Marie Phisalix                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     

   Charles Pouchon, né en 1814, lui aussi fils de vigneron, fit la connaissance de Courbet au petit séminaire d'Ornans. Son professeur lui communiqua sa passion du dessin, mais ni son ambition, ni ses maigres ressources financières ne lui permirent de s'imposer dans le milieu parisien.
Peintre-vigneron, Pouchon a surtout exécuté des portraits et des natures mortes.

 

 portrait par Pouchon

Ernest Reyer

 

 Un célèbre compositeur d'opéra et chroniqueur musical du XIXème siècle,

 
 Ernest Reyer, séduit par « la nature grandiose et sauvage » du site,acheta

 une maison à Mouthier. Fuyant l'agitation parisienne,il vint y passer tous les étés.

 
Auteur de Sigurd opéra qualifié de wagnérien, et de Salammbô qui a été repris

 récemment à l'opéra de Marseille, il aimait la vie calme du village et

 le contact avec ses habitants. La rue où il résidait porte son nom.
 

   Mais le pblason Aersonnage le plus célèbrequi a séjourné à Mouthier-Haute-Pierre. est la cardinal Antoine Perrenot de Granvelle. Prieur de 1542 à 1586, il fit rénover les bâtiments conventuels, agrandir l'église Saint Laurent  et ériger son clocher-porche de 43m de haut.Tenu à l'écart de ses fonctions auprès de Philippe II d'Espagne  de 1564 à 1570, il vint fréquemment en villégiature dans son Prieuré, et voici ce qu'il écrit :

« Je suis en doux lieu avec force belles montagnes, fertiles de tous côtés, remplies de fort belles vignes et de toutes sortes de fruits. Les vallées sont belles et larges, l'eau claire comme le cristal, une infinité de fontaines, des truites et ombres innombrables. D'un côté chaleur grande, et de l'autre quelque chaud qu'il fasse, un frais délectable. Il n'y a faute de bonne compagnie du pays, de parents et d'amis, avec les vins les meilleurs, comme vous le savez, du monde. »